50 ans de fusées

|

26/11/2015

50 ans de fusées

Depuis la fusée Diamant en novembre 1965 et jusqu’à Ariane 6, qui doit décoller à l’horizon 2020, la France et l’Europe ont contribué à écrire l’épopée spatiale. Une aventure technologique, politique et commerciale à découvrir en images.

Relief sous-marin

Diamant, première !

26 novembre 1965. La Fusée française Diamant décolle avec à son bord le satellite Astérix, depuis le site d’Hammaguir en Algérie. C’est le premier lanceur français et même européen. Il peut placer des satellites en orbite à 300 km au‐dessus de nos têtes.

© CNES
Circulation océanique moyenne

Podium

Avec Diamant, la France devient le 3e pays au monde à fabriquer des lanceurs (fusées pour mettre des satellites en orbite), derrière les États‐Unis et l’URSS. Cette fusée à 3 étages a profité des recherches menées jusqu’alors dans un cadre militaire.

© DMA, 1965
Courant circumpolaire

Pierres précieuses

Avant d’arriver à Diamant, plusieurs séries de fusées ont été testées. Toutes portent le nom d’une pierre précieuse : Agate (sur la photo) au début des années 60, puis Topaze, Emeraude, Rubis et Saphir.

© SEP
Tempête

Dans le désert algérien

Les fusées françaises décollaient de la base d'Hammaguir, en Algérie, jusqu’en 1967. Après l’indépendance de l’Algérie en 1962, ce site a été laissé à la disposition des Français pendant 5 ans. Puis Le CNES a installé son site de lancement à Kourou, en Guyane, en 1968.

© CNES/Laidet Louis, 1967
Surface moyenne des océans

La France, puissance spatiale

Avec Diamant, la France devient la 3e puissance spatiale mondiale, derrière l’URSS et les États‐Unis, qui se sont livrés à une course à l’espace pendant la Guerre Froide. Le président Charles de Gaulle (ici en Guyane en 1964) veut faire rayonner la France au niveau mondial.

© CNES, 1964
Filaments

Europa

Le premier projet de fusée coordonné par différents pays européens s’appelait Europa. C’était dans les années 60, avant même la création de l’Agence Spatiale Européenne (en 1975). Cette fusée a été testée notamment dans le désert australien, à Woomera (photo). Mais suite à des problèmes techniques et de coordination, le projet est arrêté en 1971.

© CNES
Niveau moyen des mers/1

Photo de famille

Le programme Ariane est initié en 1973 par l’Europe qui ne veut pas dépendre des autres pays pour lancer ses satellites. Un programme toujours en cours aujourd’hui. Entre Ariane 1 et Ariane 5, les fusées ont beaucoup évolué : elles sont devenues plus puissantes pour lancer des satellites plus gros.

© ESA­D.Ducros
Niveau moyen des mers/2

Ariane 2 et 3

La fusée Ariane 3 est transférée sur la zone de lancement (mars 1986). Les fusées Ariane 2 et 3 sont plus puissantes qu'Ariane 1, elles peuvent embarquer des charges plus lourdes, donc placer sur orbite des satellites plus gros.

© CNES/ESA/CSG Service Optique, 1986
Température de surface

Ariane 4 : records à la pelle

Premier tir d’Ariane 4 en juin 1988. Entre 1988 et 2003, Ariane 4 est tirée 116 fois et lance 186 satellites. La fusée peut embarquer des satellites pesant jusqu’à 4,7 tonnes.

© CNES/ESA/Arianespace/PARIS Bernard, 1988
Courants de surface

Nouveau style

Avec Ariane 5, la fusée change de look. Les deux énormes propulseurs, sur les côtés, permettent de soulever ses 725 tonnes. 2 étages désormais : l’étage principal (avec le nouveau moteur Vulcain) qui propulse la fusée, et l’étage supérieur, où un second moteur sera chargé d’envoyer le satellite (situé dans la coiffe) sur son orbite.

© CNES/ESA/Arianespace/Optique Vidéo CSG, 2015
Tourbillons du Gulf Stream

Catégorie poids lourds

Le satellite Alphasat, prêt à être installé dans la coiffe de la fusée, à Kourou. Alphasat est l’un des plus gros satellites de télécommunication : 6,6 tonnes et 7 mètres de haut. Il n’a pu être mis en orbite que par une fusée poids lourd comme Ariane 5.

© CNES/ESA/Arianespace/Optique Vidéo CSG/P Baudon, 2013
Amplitude des marées

VEGA

Site de lancement de la fusée Vega, à Kourou (Guyane). Cette autre fusée européenne est complémentaire d’Ariane 5. Plus petite et moins puissante, mais donc moins chère, elle permet de mettre en orbite basse (à plus basse altitude) des satellites plus légers.

© CNES/ESA/Arianespace/CORVAJA Stéphane, 2012
El Niño

Affronter la concurrence

Il y a de la concurrence sur le marché des fusées. Space X notamment, une société américaine privée qui veut développer une fusée réutilisable, capable de revenir sur Terre (ici essai ‐manqué‐ d’un amerrissage). En 2014, l’Union Européenne a donc décidé de créer Ariane 6, plus compétitive qu'Ariane 5.

© SpaceX
El Niño vs La Niña

Le futur : Ariane 6

La fusée Ariane 6 doit décoller en 2020. Plus grande qu’Ariane 5 (70 m contre 50 m), avec un nouveau moteur dans son étage supérieur, elle permettra d’amener les satellites plus près de leur orbite. Mais surtout, elle coutera moins cher à produire, et sera donc plus compétitive.

© SA–D. Ducros, 2014
Défilement auto | Son
Partager le diapo
Crédits

Production et réalisation

Agence SapienSapienS

Développement Web

nibelune pour SapienSapienS

© 2015 – SapienSapienS - CNES