Une référence mondiale

Un nouvel ordre spatial mondial

Avec un secteur numérique en plein essor, la scène spatiale est un océan « chahuté » par une tempête de vents nouveaux. Parallèlement, de plus en plus de pays s’intéressent aux technologies spatiales pour leurs retombées économiques et sociétales. En 2017, le constat est clair et partagé par tous : l’espace est définitivement devenu la nouvelle frontière de l’économie.
Cependant, si la concurrence fait rage sur les marchés commerciaux des lanceurs et des satellites, la coopération reste une nécessité sur des missions plus complexes comme l’exploitation de la Station spatiale internationale et l’exploration du système solaire.

NewSpace

Au carrefour de la culture numérique, de l’Internet, des applications et de l’industrie spatiale, le NewSpace est là. De nouveaux acteurs mondiaux, notamment privés et Américains issus du Web, avec de nouvelles approches et de nouvelles façons de faire, conduisent l’Europe à prendre dès 2014 des décisions structurantes pour rester en tête de la course.

La réponse française et européenne

Pour contrer cette nouvelle concurrence, une seule réponse : l’innovation. L’Europe spatiale a notamment décidé le développement d’Ariane 6, un dossier amplement porté par la France. Objectif pour 2020 : allier performance, flexibilité et surtout un coût du kilo en orbite réduit de moitié par rapport à celui d’Ariane 5. Parallèlement, les industriels s’organisent pour répondre à la montée en puissance des satellites à propulsion électrique. Pour capter les marchés émergents, le CNES signe des accords avec des pays prêts à engager des projets spatiaux comme le Gabon, le Mexique ou la Thaïlande.

Les applications

Innover, c’est aussi favoriser le développement des applications recourant aux technologies spatiales. Pour impulser une dynamique de transformation du secteur spatial en ce sens, le CNES s’engage aux côtés de l’industrie et des institutionnels au travers de son Contrat d’Objectifs et de Performance 2016-2020, baptisé Innovation & Inspiration.

PARTAGER CET ARTICLE

381

Entreprises françaises travaillent avec le CNES dans le secteur spatial, ce qui représente un budget de 648 millions d’euros en 2016. Au total, cela représente 2314 entreprises et un budget de 907 millions d’euros, tous secteurs confondus.

Avec un secteur numérique en plein essor, la scène spatiale est un océan « chahuté » par une tempête de vents nouveaux. Parallèlement, de plus en plus de pays s’intéressent aux technologies spatiales pour leurs retombées économiques et sociétales. En 2017, le constat est clair et partagé par tous : l’espace est définitivement devenu la nouvelle frontière de l’économie.
Cependant, si la concurrence fait rage sur les marchés commerciaux des lanceurs et des satellites, la coopération reste une nécessité sur des missions plus complexes comme l’exploitation de la Station spatiale internationale et l’exploration du système solaire.

NewSpace

Au carrefour de la culture numérique, de l’Internet, des applications et de l’industrie spatiale, le NewSpace est là. De nouveaux acteurs mondiaux, notamment privés et Américains issus du Web, avec de nouvelles approches et de nouvelles façons de faire, conduisent l’Europe à prendre dès 2014 des décisions structurantes pour rester en tête de la course.

La réponse française et européenne

Pour contrer cette nouvelle concurrence, une seule réponse : l’innovation. L’Europe spatiale a notamment décidé le développement d’Ariane 6, un dossier amplement porté par la France. Objectif pour 2020 : allier performance, flexibilité et surtout un coût du kilo en orbite réduit de moitié par rapport à celui d’Ariane 5. Parallèlement, les industriels s’organisent pour répondre à la montée en puissance des satellites à propulsion électrique. Pour capter les marchés émergents, le CNES signe des accords avec des pays prêts à engager des projets spatiaux comme le Gabon, le Mexique ou la Thaïlande.

Les applications

Innover, c’est aussi favoriser le développement des applications recourant aux technologies spatiales. Pour impulser une dynamique de transformation du secteur spatial en ce sens, le CNES s’engage aux côtés de l’industrie et des institutionnels au travers de son Contrat d’Objectifs et de Performance 2016-2020, baptisé Innovation & Inspiration.

PARTAGER CET ARTICLE